POISSON, CRUSTACÉS, MOLLUSQUES

Ces trois types d'aliments doivent être cuits dans une cocotte ne servant qu'à cette fin. La porosité de l'argile emmagasine les fumets qu'on bon brossage à l'eau vive ou au vinaigre ne fait pas disparaitre. D'autre part, les fumets de l'un et l'autre font bon ménage.

Le coût additionnel d'une cocotte de plus dans votre batterie de cuisine est justifiable, si vous consommez le moindrement de poisson dont le prix est généralement inférieur à la plupart des viandes. Cependant, il faut se rappeler que le coût du contenant ne devrait pas être un facteur déterminant entre la cuisson dans une cocotte ou dans un autre récipient. La cocotte conserve toutes les richesses naturelles et nutritives des aliments: flucides, protides,lipides vitamines et sels minéraux.

La cuisson est des plus simples. Elle repose sur des recettes-types qui servent, moyennant des appoints personnels, au gré de votre fantaisie, à la préparation de crustacés, mollusques et, principalement, de poissons aux chairs semblables tels: poisson à chair blanche, maigre, grasse, ect...Les recettes données ci-après ont tenu compte des diversités et des multitudes. Elles se réfèrent par le titre à un poisson, crustacé, ou mollusque en particulier, mais donne en accolade à droite de la recette, une liste, bien sûr non complète, des autres espèces qui peuvent très bien s'accomoder de la même recette. Ces listes sont montrées à partir de produits généralements accessibles sur le marché, ou à la portée des pêcheurs optimistes dans les lacs, rivières et eaux des mers avoisinantes.