'Shalom Zachar'

... célébré le premier vendredi soir [Sabbat] après la naissance d'un fils. Des gens sont invités par les parents du bébé à cette célébration spéciale qui aura lieu après le repas du Sabbat du vendredi soir. Vin, gâteau et 'nahit [pois chiches] sont habituellement servis, avec des boissons gazeuses, de la bière et une liqueure comme 'L'chayim'.

'Brit Milah'

... la circoncision, qui a habituellement lieu tôt le matin et est exécutée par un officiant qualifié reconnu pour cette célébration, a habituellement lieu 8 jours après la naissance d'un enfant mâle. La tradition veut que l'on serve du vin, du whisky et du brandy, ainsi qu'un repas de Festivités 'Seudat Mitzvah'.

'Pidyon Haben'

... trente jours après sa naissance, rédemption du fils premier-né sa mère a eu un accouchement naturel. 'Leviim' et 'Kohamin', chacun en temps que fils premier né de la fille d'un 'Kohain' ou 'Levi', en sont des exemples. Vin, gâteau au miel, 'nahit' et plats, 'Seudat Mitzvah' [spécialités de Festivités], peuvent être servis.

'Bar Mitzvah'

... célébré lorsqu'un jeune homme atteint l'âge de 13 ans. Il devient alors le Fils du Commandement, un 'Bar Mitzah', qui a l'obligation d'observer les commandements de 'Hashem'. La cérémonie peut être simple ou élaborée, un 'Kiddush' ou un repas copieux peut être servi, selon des désirs de chacun et les directives de la synagogue ou des écoles impliquées.

Nouvelle maison

... 'Chanukat HaBayit', dédication d'une nouvelle maison. Une cérémonie qui consiste à accrocher au-dessus des portes un parchemin 'mezuzot' sur lequel est inscrit le nom de Dieu 'Shaddai' d'un côté et des extraits du Deutéronome de l'autre un jour de semaine, un 'Kiddush' un jour de Sabbat ou un 'Melaveh Malken' sont adéquats pour cette célébration.

Les événements d'un mariage

... 'Vort' ou 'L'chayim, sont célébrés dans certains cercles en tant que réception de fiançailles, pendant lesquelles on sert toutes sortes de friandises, un gâteau et du vin.
... 'Oofrufen', un service, habituellement célébré dans la synagogue du 'Chattan' [fiancé] le matin du Sabbat précédent le jour du mariage, alors que le fiancé [Chattan] est appelé par le 'Torah'. On lui lance alors des petits paquets de friandises, symbolisant les espoirs des gens à présents à ce que le jeune couple ait une belle vie.
... 'Chatunah', le mariage lui-même, est habituellement l'occasion d'un 'Seudat Mitzvah' [repas élaboré].

À propos des Jours de Fêtes

Les Juifs sont les bénéficiaires d'un riche héritage, dont un par lequel ils ont hérité de plusieurs règles à suivre tout au long de leur vie, dont un code d'étique pour les guider, des principes moraux de comportement à honorer, des Jours de Fêtes à célébrer et un jour de Sabbat qui fait l'envie du reste du monde.... tous ces jours leur sont donnés sur un plateau d'argent, pour en profiter! Mais ils reçoivent encore plus sur leur plateau d'argent! Ils héritent aussi des recettes de 'Maman'! Comme il s'agit d'un livre de recettes et non d'un livre de prières, on parle brièvement des Jours de Fêtes et des plats tradionnels qui leur sont appriés.

Le Sabbat

Le Sabbat est un jour de renouveau spirituel. On a déjà dit, ... 'le Sabbat a gardé Israël plus qu'Israël a gardé le Sabbat'. Pendant le millénaire, pendant toutes les années d'oppression et de noirceur, on leur a commandé de se reposer une fois par semaine, pour regénérer leur spiritualité, pendant une journée qui leur rappelle que Dieu s'est reposé le sixième jour de la création. Le tourbillon d'activités de la préparation de ce jour, les plats spéciaux, l'arrangement de la table, les vêtements élaborés, les invités, la lueur des chandelles du Sabbat... procurent une ambiance spéciale dans la maison... un jour de paix et de joie. Selon les habitudes, on a préparé pour chacun des deux repas du Sabbat, du poisson en gelée, une soupe au poulet garnie de boulettes de pain sans levain et, bien sur, un ragoût pour le repas du midi du Sabbat. Dans les états des Carolines, aucun plat n'est plus raffiné... sauf peut-être si on y ajoute un peu de foie haché au couteau!

'Rosh Hashannah'

'Rosh Hashannah', le Jour de l'An juif, a lieu les deux premiers jours du 'Tishri', en automne; c'est la célébration de la création de l'univers. Pendant le mois précédent, 'Elul', les souffles du 'Shofar' sont le signal que le temps est venu de se préparer pour les jours à venir, les dix jours de repentir et le jour du jugement, alors qu'ils prient afin que justice, tempérée de pitié, soit rendue à tous. On prépare alors le repas de poisson en gelée, entier, ce qui symbolise la vie sans fin et l'espérance que l'année qui suit sera fructueuse et parfaite. Habituellement, on mange la tête du poisson, ce qui signifie l'espoir d'être à la 'tête', exceptionnellement vertueux. Pommes et pain au levain trempés dans du miel démontrent l'espoir d'avoir une année agréable, tout comme les plats de carottes et de patates sucrées 'tzimmes' ou autres plats de carottes; un fruit frais de saison le deuxième soir, alors que l'on récite la grâce de 'Shehecheyanu', toutes sortes de friandises sont servies aux enfants... 'teiglach', du gâteau au miel, etc. Les traditions culinaires juives reflètent leurs désires d'avoir une année agréable et fructueuse.

'Yom Kippur'

Avant de se rendre à la synagogue pour écouter 'Kol Nidre', on mange un repas complet des Jours de Festivités en préparation du jeûne des prochaines 25 heures. Traditionnellement, on préfère ajouter des 'Kreplach' [petites pâtisseries farcies de viande ou de poulet haché] à la soupe au poulet, servie avec d'autres plats typiques de Festivités. Cependant, on doit faire attention de ne pas trop les assaisonner, ce qui rendrait le jeûne plus difficile. En se débarrassant des besoins matériels de manger et de boire, on espère s'élever dans une disposition spirituelle de vrai repentir en ce jour le plus saint des saints. On se fait rappeler constamment que "Le repentir, la prière et la vertu détournent un 'Décret Malveillant'".

On a toujours des souvenirs chaleureux du repas du 'Break Fast' [jeûne rompu]... l'odeur d'un café fort chaud qui se répand dans la maison à notre retour de la synagogue, le délicat poisson mariné, les pêches, le fromage cottage et la crème sure avec du vrai pain noir et du beurre, et tout plat de nouilles que l'on aura eu le temps de préparer, avec quelques pâtisseries danoises ou 'bobke' que l'on aura ajouté pour un bon équilibre. Un repas peut-il être meilleur?

'Succot'

'Succot', Le Festival des Boîtes ou Tabernacles, est un rappel éternel de nos ancêtres errant dans le désert pendant quarante ans après leur exode d'Égypte et de l'esclavage. 'Lulav', 'etrog' et Succah [la Boîte] elle-même sont les symboles religieux visibles des festivités de sept jours, culminant avec 'Hoshannah Rabbah, Sh'mini Atzeret et Simchat Torah'. Pendant la semaine, on mange des fruits, des légumes et des noix, car le Festival coïncide avec la saison des moissons. Pendant 'Hoshannah Rabbah', des 'Kreplach' [petites pâtisseries farcies de viande ou de poulet haché] sont traditionnellement ajoutés à la soupe au poulet et pendant 'Simchat Torah', du chou farci 'holishkes' est au menu. 'Simchat Torah' est l'occasion de se réjouir de l'achèvement de la lecture du 'Torah' et du recommencement avec la lecture du 'B'reisht'. On dit que 'Hoshannah Rabbah' est le dernier jour où 'Hachem' peut changer les inscriptions dans le 'Livre de Vie' qu'Il nous a désigné. Espérons que ce soit une bonne année.

'Chanuka'

'Chanuka', le 25ième jour de 'Kislev', nous rappelle comment les Macchabées, un petit groupe d'israéliens, ont vaincu une très grosse armée de syriens grecs, qui voulaient extermier les Juifs en l'an 165 avant Jésus-Christ. La coutume veut que l'on mange des plats cuisinés à l'huile pour nous remémorer le miracle de la petite fiole d'huile retrouvée dans les ruines du Saint Temple. L'huile a miraculeusement brûlé dans le 'Menorah' pendant 8 jours, jusqu'à ce que de l'huile fraîche puisse être préparée. La tradition veut que l'on serve des croquettes de pomme de terre 'latkes', des nouilles aux pommes de terre 'kugel', des plats cuisinés au fromage et des beignes à la gelée 'sufganeyot'.

'Tu B'Shvat'

'Tu B'Shvat', l'An Nouveau des Arbres, est célébré en plantant des arbres et en mangeant des sept principaux 'fruits' récoltés en Israël. Ce sont : le blé, l'orge, les grenades [fruits du grenadier], les figues, les dattes, les olives et le vin. 'Bokser' du caroubier [aussi dur qu'un morceau d'écorce et sûrement l'ancêtre des bonbons durs] est aussi traditionnellement associé à ce jour.

'Purim'

'Purim' marque la survie du peuple juif lorsque que 'Haman' a essayer sans succès d'exterminer le peuple juif. Ce jour est célébré en lisant Egillat Esther dans la soirée et le lendemain, en participant à un repas 'seudah' de festivités, en donnant en cadeau des mets préparés 'Mishloach Manot' et en donnants des cadeaux aux pauvres. Des petits gâteaux aux trois coins 'hamantaschen', remplis de graines de pavot ou de garniture aux prunes [ou toute autre garniture au choix], sont les aliments principaux consommés. Des petites pâtisseries farcies de viande ou de poulet haché ['kreplach'] sont aussi souvent servies. On célèbre cette journée avec des costumes et des mascarades pour tous les âges. Les enfants apportent des petits instruments pour faire du bruit aux services et pour une fois, ils ont la permission de faire du bruit chaque fois que le nom du méchant 'Haman' est prononcé lors de la lecture du 'megillah'. 'Purim' est l'expression remplie de joie de notre foi solennelle en la chute de tous les tyrans qui voudraient nous détruire.

'Pâque'

'Pesach', un festival printannier, rappelle l'exode d'Égypte et la naissance de la nation juive. On le célèbre pendant 8 jours en Diaspora et pendant 7 jours en terre d'Israël. Pendant toute cette période, il n'est pas permis de posséder, de bénéficier d'aucune façon de 'chametz' [fermentation de blé, d'épeautre, de seigle, d'avoine ou d'orge], ni d'en manger. C'est pourquoi la préparation pour ce festival commence bien avant les festivités, et la maison nettoyée pour enlever tout trace de 'chametz'. On mange du pain sans levain 'Matzah', symbolisant le 'pain de la détresse' et la précipitation par laquelle les juifs ont quitté l'égypte, sans avoir le temps de laisser le pain lever. 'Moror' symbolise l'amertume de l'expérience d'esclavage, et 'charoset', un mélange de pommes hachées, de vin, de raisins secs, de cannelle, etc...., rappelle le mortier que les juifs réduits à l'esclavage utilisaient pour leurs tâches ardues de construction. Le but des 'Seders', le service dans le 'hagaddah' et les repas préparés pendant les deux premières nuits du festival, est de raconter l'histoire de l'exode aux enfants présents, de façon à ce que celà demeure d'actualité d'une génération à l'autre, et pour qu'ils se souviennent toujours "Ma Nishtana Halaila Hezeh..."

'Shavuot'

La commémoration du don de la Loi sur le Mont Sinaï. C'est aussi la saison du mûrissement des premiers fruits prêts à cueillir, qui ont été offerts sur l'autel pendant la période du 'Beit Hamikdash' [Saint Temple]. C'est à cette occasion que l'on lit la belle histoire de Ruth et de Naomi. Plusieurs passent la nuit entière au Temple à étudier le 'Torah', y demeurant jusqu'au moment du service 'Shacharit' tôt le matin. Le 'Torah' a été comparé au lait et au miel et c'est pourquoi il est de tradition de servir des plats au lait et au miel lors de cette occasion, tels des crêpes, des gâteaux au fromage....