A propos du riz sauvage



Le riz sauvage est un aliment qui vient de l'Amérique du Nord.
Il pousse dans les lacs frais peu profonds du nord du Minnesota et du Canada.
Les meilleurs riz sauvages nous viennent de lacs situés à plus de 1 600 kilomètres [1,000 milles] au nord de la frontière des États-Unis et du Canada.

Les indiens américains dépendaient du riz sauvage comme denrée de base de leur alimentation.
Des tribus s'arrêtaient régulièrement sur les rives de ces lacs pendant que le riz mûrissait.

Les indiens cueillaient le riz en laissant glisser leurs canots à travers les plants, laissant les têtes des graines pencher dans le canot pour les battant ensuite délicatement au fléau.
Les grains de riz sauvage dégagés tombaient alors à l'intérieur du canot.
Cette méthode de base est encore utlisée aujourd'hui.

Le riz sauvage est une espèce d'hebe d'eau plutôt qu'un riz véritable.
Le grain de riz sauvage ressemble plus à l'avoine qu'à un grain de riz blanc sur plusieurs points.
[Mais le riz, l'avoine, le blé et le maïs font tous partie de la famille des herbes.]

Les fermiers ont appris à domestiquer les récoltes.
Ils construisent des rizières, qu'ils inondent pendant la saison de la croissance.
Au moment de la récolte, ils égouttent les rizières et recuillent les grains en corporation, ce qui revient à beaucoup moins cher que la cueillette en canot.
Par ailleurs, les grains de riz sauvage des lacs sont plus longs, plus foncés, plus dodus et ont plus de goût que les grains de riz sauvage des rizières.

Après la cueillette, les grains d'un brun-verdâtre sont rôtis pour en extraire le surplus d'humidité, pour détacher l'écale extérieure et augmenter la délicieuse saveur de noix du riz sauvage.
Le grain est alors presque noir.
[Lorsqu'il sera cuit, il deviendra d'une couleur blanchâtre associée au riz].

Du point de vue nutritionnel, les riz sauvage n'est pas loin d'être l'aliment idéal.
Haut en hydrates de carbone complexes, il a aussi de 12 à 15% de protéine.
Il est très faible, moins de 1%, en gras et il contient beaucoup plus de riboflavine, de thiamine et de niacine que les autres grains.

Bien que plus dispendieux par 454 g [1 livre] que le riz ordinaire, le riz sauvage boit tellement d'eau en cuisant [environ 3 fois son poids] que son goût par portion est assez modeste; 1 portion revient à moins cher qu'une pomme de terre cuite au four garnie de crème sure.

Pour faire bouillir du riz sauvage, il suffit de bien rincer 250 mL [1 tasse] de riz sauvage.
Porter 750 mL [3 tasses] d'eau bouillante à ébullition; ajouter le riz sauvage rincé et saler en remuant.
Baisser la chaleur du feu, couvrir la casserole et laisser mijoter le riz sauvage lentement pendant environ 45 à 50 minutes, jusqu'à ce que le liquide soit absorbé et le riz tendre.