(Citrus bergamia; Angl: bergamot orange; Esp: bergamota; Ital: bergamotta)

Le bergamotier aux rameaux souvent épineux serait un hybride entre le bigaradier et le citronnier, de la famille des Rutacées. Les fruits, jaune pâle, longs de 7 à 10 cm sont en forme de poire avec une écorce mince.

Il n'est cultivé en Europe que dans les zones méridionales les plus chaudes comme la Calabre ou la Sicile. Il a été introduit en Amérique du Sud et en Afrique Occidentale, en Côte d'Ivoire et en Guinée. On ne récolte ses fruits très odorants à la chair verdâtre très acide qui les rend impropres à la consommation que pour l'écorce riche d'environ 0,5% d'une huile essentielle au parfum suave dotée de propriétés thérapeutiques et aromatiques très recherchées en parfumerie, cosmétologie ou en confiserie.
[HAUT DE LA PAGE]





Le bergamotier est cultivé dans le sud de l'Italie depuis le Moyen-âge. Le mot bergamote vient de l'italien bergamotta. Selon certains son nom serait une déformation de la ville de Bergame. Selon d'autres ce serait une déformation du turc beg-armâdéqui signifie "poire du Seigneur ". La bergamote était très appréciée en Italie par les médecins pour combattre les fièvres, pour soigner les blessures et les problèmes de peau et combattre les étatas d'anxiété.

L'apparition de la bergamote en France, en Lorraine serait due à René d'Anjou ou à son petit-fils René II, ducs de Lorraine et roi de Naples et de Sicile. Par ailleurs, Nancy était sur la route des pélerins venus d'Italie qui au Moyen-âge se rendaient à Saint-Nicolas-de-Port.

En raison de la forme du fruit souvent piriforme, certains ont vu à tort dans la bergamote, " ce fruit d'odeur " un hybride entre le poirier et le citronnier. C'est le cas de Gilliers, chef d'office du roi de Pologne, Stanilas 1er Leszczyñski qui écrit en 1751: " On dit que l'origine vient

de ce qu'un certain Italien s'avisa d'enter une branche de citronnier sur le tronc d'un poirier bergamote. "

L'introduction de l'emploi de l'huile essentielle est attribué au roi de Pologne Stanislas, gendre de Louis XV qui se réfugia à Nancy et reçut en dédommagement les duchés de Bar et de Lorraine après la guerre de succession de la Pologne.

A la fin du I8e siècle, un voyageur décrit la région de Grasse: " Les jardins de Grasse où l'on fait de grands travaux font exception dans ce pays dénudé... Beaucoup de plantes se cultivent pour les parfumeries de Paris et de Londres: le romarin, la lavande, l'oranger, la bergamote... Une moitié de l'Europe fait venir les essences de ces régions. "

Vers 1770, la bergamote, avec sa senteur fraîche, vive, hespéridée, et l'ambre connurent une grande vogue qui accompagna le déclin du musc qui, question de mode sans doute, désormais incommodait et donnait des vapeurs à ces dames: " Ah! Monsieur, n'approchez pas, vous avez des odeurs" disaient-elles d'autant plus que " Des hommes (...) en étaient si pénétrés qu'on les suivait à la trace comme un chien suit celle de son maître ". Ce fut la mode du naturel, des senteurs florales, des notes subtiles, fraîches et gaies. Claude-Nicolas Le Cat dans son Traité sur l'odorat de 1767 n'est pas le seul auteur à s'interroger sur l'influence des senteurs et sur leur effet bénéfique ou non sur le cerveau. Il explique: " les odeurs flattent ou déplaisent, elles relèvent les forces abattues en aiguillonant les nerfs, en y rappelant les esprits; quelquefois aussi elles consternent les mêmes nerfs, les mettent en convulsions, donnent des vapeurs, des syncopes lorsque leur impression est désagréable. "

Les études scientifiques modernes ont confirmé que la bergamote avait un effet euphorisant et combattait les états dépressifs.

La savonnette préférée de Napoléon, qui se baignait souvent au milieu de la nuit et aimait les bains très chauds où il restait parfois une heure, venait d'Angleterre. Le brown Windsor était aromatisé avec de la bergamote, du petit-grain, du cumin, du cèdre, du girofle, de la lavande, du romarin, du thym, de la casse, du storax et du castoréom... Quant à l'eau de Cologne de Jeam-Marie Farina, elle aussi parfumée à la bergamote, il s'en faisait frotter le dos et les épaules par son valet de chambre et s'aspergeait de la tête aux pieds. L'historien Las Cases qui fut le compagnon de l'empereur à Sainte-Hélène rapporte: " Il en versait surabondamment dans son eau de toilette à l'aide d'une éponge et vidait le reste de la fiole sur son cou et ses épaules ". Marchand, son premier valet de chambre dit la même chose: " Il s'en frottait le côté, la poitrine, s'en jetait sur les bras après s'être lavé la figure dans un grand lavabo d'argent contenant de l'eau mélée de eau de Cologne ". Selon Mme de Rémusat, dame d'honneur à la cour: " Il en faisait de telles inondations sur sa personne qu'il en usait jusqu'à soixante " rouleaux " par mois. Ce n'est pas rien, sachant qu'un " rouleau " représente un flacon cylindrique d'environ deux litres. L'eau de Cologne de Jean-Marie Farina est un alcoolat à base de bergamote, d’orange, de bigarade et de neroli, de citron, de romarin et de lavande, dont le succès ne s’est jamais démenti. Les eaux de Cologne, plus ou moins proches de l’eau de Cologne originale ont toujours une composition similaire à base d’hespéridées, associée généralement à de la lavande.

On le voit la bergamote entre dans la composition des créations qui ont marqué l'époque et sont passées à la postérité. Un autre exemple en est la fameuse Eau de Lubin, crée à la fin du 18e siècle, composée d’essence de néroli, d’essence du Portugal (orange douce), bergamote, citron, citronnelle, géranium, myrte, lavande, de benjoin, tolu, de girofle de musc et de civette qui fit la renommée de la maison Lubin.

Dès la Régence, on fabriquait à Grasse des boîtes bergamotes, confectionnées avec l'écorce de la bergamote. La peau retournée était déposée sur un mandrin de bois et en séchant elle adoptait la forme désirée: ronde, rectangle, coeur ou même satuette. Elles étaient ensuite recouvertes d'un très léger cartonnage, enduites d'un mélange de colle et de craie, puis poncées, peintes et vernies. Beaucoup de ces peintures de style naïf étaient des scènes de genre et galantes: Cupidon, colombes et carquois, luth et partition, couples dansant. Elles étaient parfois illustrées de devises sugestives: " Jusqu'au moment favorable ", " L'amour nous unit ". Achetées pour faire des cadeaux, elles pouvaient contenir des bonbons, des pastilles, du tabac à priser, de la poudre ou encore des reliquaires. Vendues à la foire de Beaucaire, elles étaient aussi exportées à travers toute l'Europe jusqu'en 1830.

La fameuse bergamote de Nancy ne serait que de fabrication récente. Il n'y a en tout cas aucune trace de son existence avant la fin du 19e siècle. On en attribue l'invention à un certain Jean-Fréderich Godefroy Lillich, né en 1825 dans le Wurtemberg qui s'installa à Nancy comme confiseur et obtînt la nationalité française en 1867 et francisa son nom en Lillig. C'est sur la demande d'un de ses amis parfumeurs qu'il aurait eu l'idée de mêler l'essence de bergamote au sucre cuit pour faire un merveilleux bonbon couleur miel, cassant comme du verre. Le sucre est cuit à feu nu et " au cassé " et pour éviter la cristallisation, on y ajoute un soupçon de vinaigre et de glucose avant de verser l'essence de bergamote. Le sirop est versé sur un marbre huilé et étalé en plaque. Après refroidissement, il est découpé à l'emporte-pièce. Dès le début du siècle, les confiseurs de Nancy ont rivalisé de savoir-faire et la bergamote a joui d'une renommée mondiale bien méritée.
[HAUT DE LA PAGE]





Prospérité:
La bergamote a la réputation d'attirer la richesse comme un aimant. D'après Scott Cunningham, frotter des billets avec du jus de bergamote les fait un jour revenir à vous même s'ils sont passés dans de nombreuses mains. "... encore aujourd'hui, plus d'un commerçant italien laisse sécher une bergamote dans le tiroir de sa caisse enregistreuse." Garder quelques feuilles de bergamote dans sa poche et une bonne assurance pour ne pas se retrouver à court d'argent.
[HAUT DE LA PAGE]





Pulpe:
La pulpe verdâtre très acide est quasiment immangeable. Elle sert à la fabrication de liqueurs.

Écorce:
La partie blanche de l'écorce donne de la pectine qui sert à faire des gelées et le zeste de l'huile essentielle.

Huile essentielle:
L'huile essentielle, au parfum suave exceptionnel, est obtenue par expression à froid de l'écorce du fruit parvenu à maturité, mais dont l'écorce est encore verte. Elle contient de l'acétate de linalyl, du limonène, du linalol, du bergaptène.

Elle est très recherchée en parfumerie, notamment pour les eaux de Cologne, en distillerie, en confiserie pour la fabrication des bergamotes de Nancy et de berlingots belges et anglais. C'est elle qui parfume le thé Earl Grey.
[HAUT DE LA PAGE]





Huile essentielle:
C'est une essence de senteur fraîche, vive, à l'odeur douce et citronnée avec des réminiscences de lavande. Elle est antiseptique, antispasmodique, déodorante, vermifuge et possède des propriétés antivirales. De parfum exquis, elle agit sur le mental.

En usage interne, elle peut être prescrite en cas d'asthénie générale, états dépressifs, en cas de coliques, infections intestinales, en cas de parasites intestinaux. Quelques gouttes, trois à quatre, sur un morceau de sucre pur ou mélangées à du miel suffisent.

En usage externe, elle aide à combattre les états dépressifs et l'anxiété grâce à des massages du dos et du visage. Les sujets sensibles aux engelures, peuvent faire un traitement préventif au début de l'hiver en se frottant les doigts et les orteils avec de l'huile de bergamote fortement diluée dans de l'huile de ricin.

Dans un brûle-parfum, elle a un effet relaxant, décontractant et relâche les états de tension sur les personnes. A défaut de brûle parfum, vous pouvez mettre quelques gouttes dans une assiette d'eau chaude que vous poserez sur un radiateur. L'évaporation répandra leur parfum bénéfique dans toute la pièce. Ne mettez pas d'huile pure la dessication en dénature l'odeur.

Attention!
  • Prenez conseil auprès de votre médecin ou de votre pharmacien. Ne vous exposez pas au soleil après utilisation de bergamote. Des taches cutanées très inesthétiques peuvent apparaître à cause du bergaptène contenu dans l'huile essentielle. Nettoyez-vous la peau et laissez passer au moins 6 heures. Signalons qu'une huile sans bergaptène est aussi en vente dans le commerce.
  • L'huile essentielle ne doit jamais être utilisée pure, mais toujours très fortement diluée ( 1% ou moins ) sous peine de provoquer des irritations cutanées.

Beauté:
Elle peut être utilisée dans le traitement de l'acné en massage doux du visage qui stimule les flux sanguin et lymphatique. Sa seule odeur peut aider des personnes stressées par leurs problèmes de peau.

On trouve de la bergamote dans de nombreux produits cosmétologiques pour stimuler le bronzage, car elle contient des substances photodynamisantes, les psoralènes. Ces produits sont l'objet de vives polémiques depuis que des associations de consommateurs les ont accusées d'être cancérigènes, se dont se défendent vigoureusement les laboratoires avec documents à l'appui. Expertises et contre-expertises se succèdent. Le psoralène 5-MOP un des principes actifs de l'essence de citrus, stimule la production par la peau, de molécules de mélanine par les mélanocytes, ces cellules directement responsables de la pigmentaton de la peau, et donc du bronzage.

Outre la bergamote, on trouve des substances phodynamisantes dans de nombreuses plantes alimentaires comme le citron, le citron vert, l'orange, le pamplemousse, le céleri, la figue, la carotte sauvage...

Pour la petite histoire, des expertises ont été menés par des dermatologues sur des travailleurs calabrais et siciliens qui se sont fait de père en fils depuis près de cinq siècles une spécialité de l'extraction d'essence de bergamote et d'autres citrus. Il semble que l'essence de bergamote n'ait pas eu d'influence fâcheuse sur leur santé par comparaison avec d'autres travailleurs du m^me âge et de la même région.
[HAUT DE LA PAGE]