Le colatier est un grand arbre rugueux avec une cime évoquant le châtaignier, poussant à l'état sauvage en Afrique tropicale, sur la côte Ouest. Nous appelons improprement " noix de cola " ou " noix de Kola ", les cotylédons du fruit qui ressemble à une pomme de pin. Selon les variétés, il y a de 2 à 6 " noix " dont la forme évoque vaguement une châtaigne. Certaines sont rouges, d'autres roses, brunes ou jaune verdâtre.
[HAUT DE LA PAGE]





Les noix de cola étaient utilisées sur la Côte des Esclaves comme monnaie d'échange, et à certaines époques elles servaient même à fixer le prix des esclaves.

Connue par la médecine arabe dès le 12e siècle, ce n'est que des siècles plus tard qu'elle fut étudiée en Europe. Nous n'avons que quelques récits des voyageurs. " Elle rend sa fraîcheur à un foie de poule ou de tout autre oiseau en état de putréfaction " dit en 1580 Duarte Lopez qui vit au Congo. " Elle apaise la soif et donne du goût à l'eau " dit Pigafetta en 1591. " Elle fait trouver une saveur douce aux choses les plus amères " dit en 1730 Renaud des Marchais qui est négrier entre la Guinée et les Amériques.

A la fin du 19e siècle, on en distribua à des troupes françaises pour les aider à effectuer des marches forcées au cours d'une expédition au Soudan.

En 1886, le pharmacien John Styth Pembert mettait au point le Coca-Cola qui fut explicitement présenté jusqu'en 1908 comme un stimulant, le " tonique cérébral idéal ", the ideal brain tonic. Si la formule exacte de ce produit est tenue secrète, enfermée dans un coffre-fort à Atlanta, on sait néanmoins qu'outre le toujours mystérieux Merchandise 7X, il contenait une douzaine d'ingrédients dont de l'eau pure, du gaz carbonique et une quantité non négligeable de sucre, ainsi que des substances végétales extraites des fruits de la noix de cola, des fruits de la coca (décocaïnisée bien entendu), de la caféine, de la thébromine, de l'acide phosphorique et du caramel comme colorant! On sait tous comment la marque Coca-Cola déposée comme marque commerciale en 1892 pour la fabrication et la commercialisation dans l'ensemble des USA, a désormais conquis le monde entier.
[HAUT DE LA PAGE]





Afrique:
Offertes pour souhaiter la bienvenue, échangées pour signer un accord, et en signe d'amitié et de fidélité, elles jouaient et jouent encore un rôle social important, et même leur couleur était symbolique, rouge pour les hommes, blanc pour les femmes, blanc pour une demande en mariage, rouge pour un refus ou une déclaration de guerre... Aujourd'hui, les demandes de mariage se font toujours avec l'offre de noix de cola accompagnés de beignets aux haricots, les samsa.

Selon le mythe, l'homme commença à la manger malgré les conseils de sa femme. Quand le dieu revint chercher sa noix, il saisit l'homme à la gorge pour le forcer à la lui rendre. C'est depuis cette époque que les hommes ont au cou une pomme d'Adam.

La noix de cola joue chez les populations noires d'Afrique orientale, le rôle du bétel ou du thé, qui contient contrairement à une idée reçue presque autant de caféine que le café, en Asie, du maté chez les Sud-Américains, du café ou du thé chez nous. Et maintenant jusque dans les endroits les plus reculés de la planète, on boit des breuvages à base de cola.

La médecine traditionnelle africaine considère la noix de cola, riche en caféine, comme un stimulant aidant à lutter contre la fatigue et le sommeil et comme un aphrodisiaque pour les hommes, favorisant la fertilité chez les femmes. Dans les pays islamiques, on dit qu'elle aide à la réconciliation des ménages.
[HAUT DE LA PAGE]





Les noix contiennent divers alcaloïdes agissant comme stimulant du système nerveux, de la colatine, de la caféine en proportion importante (2% environ), du tanin, de la théobromine que l'on retrouve dans le thé et le cacao, une substance qu'on appelle le " rouge de cola ". L'action de la noix de cola est plus prolongée et moins brutale que le café, car la caféine qu'elle contient y est combinée à des tanins. Les noix de cola sont inscrites au Codex. La France les importe surtout pour l'industrie pharmaceutique, mais également pour l'agro-alimentaire, notamment pour des boissons ou des biscuits.

N°184:
Selon Antoine Ruig, auteur du Guide des additifs et polluants alimentaires, la cola sous le numéro de série 184, et la coca (exempte de cocaïne par test agréé) sous le numéro 149 font partie la liste N2 de la CEE qui inclut: " 493 parties de plantes, y compris les plantes aromatiques, épices et condiments, habituellement ajoutées aux denrées alimentaires en petite quantité dont l'utilisation est jugée admissible en limitant éventuellement, le principe actif dans le produit fini. "

Noix:
Depuis quelque temps, on trouve à partir de novembre des noix fraîches dans les épiceries exotiques. Elles sont vendues dans un emballage de feuilles humides qui permet de les garder très longtemps. Leur saveur est amère, mais s'adoucit comme on les mâche. Les roses sont les préférées et les plus chères. Mâchées quotidiennement elles jaunissent la salive et les dents.
[HAUT DE LA PAGE]





Afrique:
La noix de cola peut être consommée nature ou ajoutée à certains mélanges d'épices ou à des plats africains. Elle entre dans la confection de couscous de manioc, de purée de papayes, du mokoto, un plat camerounais, un ragoût de pieds de cochon et de tripes relevé de cola, d'ail, de pili-pili, de graines de courge.

Afrique du Nord:
La noix de cola peut être ajoutée à certaines formules de ras-el-hanout marocain.

Europe:
Les Anglais l'utilisent parfois dans des entremets et des biscuits, où elle s'allie bien à la cannelle, au gingembre et au chocolat.

Macérée dans du vin, ou une sangria, ou simplement dans de l'eau gazeuse, la noix pulvérisée permet de faire des boissons très rafraîchissantes, sans additifs, ni colorants, contrairement à ces boissons américaines dont on est censé ignorer si elles contiennent ou non du cola.
[HAUT DE LA PAGE]





C'est un stimulant qui augmente la tension artérielle, accentue le rythme des battements de coeur. A dose modérée c'est un excitant physique et psychique qui convient aux intellectuels, et aux sportifs, notamment pour les longues marches ou les ascensions en montagne, croquée telle quelle ou incorporée à des biscuits ou des tablettes, ou en gélules achetées en pharmacie. Elle y est conseillée sous les indications de fatigue physique, fatigue sexuelle et intellectuelle.

Attention!
  • Le danger si l'on en consomme trop, c'est qu'elle masque la fatigue et la faim, et peut entraîner une phase de surexcitation suivie de dépression. Il faut se méfier du sentiment d'euphorie qu'elle apporte. C'est exactement la même chose que pour le café. Comme l'expliquent Peter Farb et George Armelagos leur ouvrage, Anthropologie des coutumes alimentaires " ...contrairement à l'idée reçue qui veut que quelqu'un en état d'ivresse retrouve en partie ses esprits s'il boit du café, il arrive souvent que l'absorption de café augmente la perte des contrôles sensoriels et moteurs chez certains euphorisants. " En outre la caféine engendre une dépendance, et ceux qui en consomment régulièrement et en quantité acquièrent une tolérance qui se traduit par un état de manque quand ils en sont privés. " Il est tout à fait remarquable que l'espèce humaine en soit venue à priser des substances amères que son conditionnement physiologique avait été amené à rejeter par l'évolution et qu'elle consomme de la caféine, un produit qui, s'il sortait d'un laboratoire, serait très probablement soumis à des restrictions médicales, sinon purement et simplement interdit. " Et " Les êtres humains se distinguent de tous les autres mammifères omnivores en ce qu'ils sont les seuls à consommer des aliments qui ont un goût désagréable les 3 ou 4 premières fois où ils s'y essaient. Parmi les produits les plus recherchés au monde, on trouve des choses tels que la cola, le café, l'alcool, le poivre, les piments... tous extrêmement amers et irritants pour les muqueuses sensibles de la bouche. " 

[HAUT DE LA PAGE]





La noix de cola est considérée comme aphrodisiaque. Elle est à l'Afrique ce qu'est le ginseng à l'Asie. C'est aussi en tant que telle qu'elle est de plus en plus présente, en extraits ou en gélules dans les présentoirs de nos pharmacies.
[HAUT DE LA PAGE]