(Melissa officinale; Angl: balm, honey balm; All: zitronenmelisse, bienenkraut; Ital: melissa; Esp: toronjil)

Cette plante vivace de la famille des Labiées pousse un peu partout dans les zones tempérées d'Europe, d'Asie du sud-ouest, et d'Afrique, dans les haies et à la lisière des bois. Elle a une tige cannelée qui atteint de 60 à 80 cm de haut. Ses feuilles sont vert pâle, grandes, ovales, très dentées et velues. Ses petites fleurs d'un blanc rose, ou bleu pâle exhalent un parfum délicatement citronné qui enchantait Colette

Toute la plante est très aromatique et quand on les froisse les feuilles dégagent la même odeur. C'est pourquoi elle porte le nom vulgaire de " citronnelle ", comme la verveine odorante et l'aurone qui n'ont rien à voir avec la véritable citronnelle, le " Cymbopogon citratus ", chéri des Asiatiques. Toujours en raison de son arôme, on l'appelait aussi jadis baume, thé de France, piment des abeilles, herbe au citron.

Son nom botanique melissa signifie abeille en latin. Comme son nom l'indique, la mélisse est très " mellifère "; en effet elle est très prisée des abeilles et appréciée des apiculteurs pour accroître leur production de miel. Jadis, à l'époque où le miel était l'édulcorant le plus commun, l'intérêt des plantes mellifères qui attirent les abeilles et donnent un très bon goût au miel, mélisse, romarin, lavande, verveine odorante, thym, sarriette... était loin d'être négligeable.


[HAUT DE LA PAGE]





La douceur de la mélisse était connue des Anciens et elle est mentionnée par Hippocrate. D'après Pline c'est la fleur préférée des abeilles, et il recommande d'en frotter les ruches pour mieux les attirer et leur faire produire du bon miel. Il dit que l'on s'en servait aussi pour soulager des piqûres des mouches à miel et des guêpes, ainsi que des araignées, des scorpions et autres insectes sympathiques...

Originaire du sud de l'Europe, elle est cultivée depuis longtemps dans le Nord de la France et en Angleterre, où elle a probablement introduite par les Romains. Dès le 10e siècle, les médecins arabes la prescrivaient pour redonner du tonus à ceux qui en manquaient, et en faisaient grand cas comme cordial. Ce sont eux qui ont fait connaître ses mérites en Europe. Au Moyen âge, la mélisse entrait dans la composition d'une préparation appelée " l'or portable " que l'on administrait en cas de crises nerveuses. On recommandait de faire brûler des feuilles sur des braises de poirier ou d'en porter sur soi dans de petits sachets placés sur la poitrine. Elle était conseillée aux jeunes filles trop émotives qui pleuraient souvent, et pour un rien. C'était un des ingrédients principaux de l'élixir d'immortalité, l'Elixir Vital de Paracelse.

Au 16e siècle, la reine Elisabeth d'Angleterre se faisait servir tous les matins un " bouillon de santé ". C'était un consommé de volaille, aromatisé par " une poignée de persil, un brin de thym, trois de menthe, un peu de mélisse, la moitié d'un gros oignon, un peu de poivre et un clou de girofle ".

Au 17e siècle, la mélisse était chaudement recommandée contre la " mélancolie ", les " maladies de langueur ", bref, les dépressions nerveuses de l'époque. Un peu plus tard les médecins la prescrivaient aussi contre l'apoplexie, la léthargie, l'épilepsie. On la retrouvait dans la fameuse Eau de Mélisse des Carmes qui est un cordial et dans la poudre chalybée.

Plus près de nous un phytothérapeute du début du 20e siècle la déclarait propre à dissiper "  les crises de mauvaise humeur chez les jeunes filles et les femmes débiles ". La mélisse est efficace dans le traitement des palpitations, les vertiges, les syncopes, les crises de nerf.

En distillerie, elle aromatise la Chartreuse et la Bénédictine.


[HAUT DE LA PAGE]





Au Moyen âge, comme dans l'Antiquité, on attribuait à la mélisse un pouvoir magique. Posée sur le dos d'un boeuf, elle obligerait celui-ci à suivre celui qui l'y a posé.

On l'associe traditionnellement au bonheur et aux réjouissances et on peut mettre ses feuilles citronnées ou ses petites fleurs blanches avec du vin blanc. Sur les bords du Rhin un couple qui jure s'aimer toute la vie fait tremper une tige de mélisse toute une nuit dans du vin blanc. Le lendemain ils retirent la tige et chacun s'empare d'un bout et tire d'un coup sec ce qui casse la tige en deux. Ils mangent chacun un morceau de la tige et se partagent le vin. Il semblerait que celui qui a tiré le plus gros bout de tige, soit destiné à être celui qui portera la culotte dans le couple.

La mélisse n'attire pas seulement les abeilles, en porter sur soi amène la sympathie dans son entourage et fait tomber les membres du sexe opposé à ses pieds. C'est une croyance aussi répandue en Europe qu'aux USA. Albert le Grand affirmait déjà: " Si on amasse cette herbe verte, et qu'on la jette avec du suc de cyprès d'un an dans du potage ou de la bouillie, il semblera être plein de vers; et celui qui la portera sur soi sera doux, agréable et au dessus de tous ces ennemis."


[HAUT DE LA PAGE]





Feuilles:
La mélisse a un parfum assez fugitif, doux et citronné. Sa saveur est assez douceâtre, et il est préférable de la combiner avec un végétal plus âcre, et de l'utiliser avec modération. Séchées, les feuilles perdent une bonne partie de leur arôme et de leurs propriétés. Au delà d'un an, elles perdent tout leur arôme.

Astuce:
  • Dosez prudemment les feuilles fraîches destinées aux préparations cuites, les salades en supportent de plus grandes quantités. Il est préférable de les ajouter au dernier moment, sinon l'arôme se perd à la cuisson.

Huile essentielle:
La mélisse contient du citral, du linalol, du géraniol, du citronnellal... Pure, l'huile essentielle est un peu stupéfiante, mais peu toxique. Même à très faible dose, elle provoque un engourdissement et un ralentissement du pouls. Son huile essentielle contient du citral, qui est utilisé industriellement, notamment dans la confection de crèmes anti-moustiques et de déodorants ainsi que de produits dermatologiques. L'huile essentielle de mélisse est souvent imitée. Il vaut mieux préférer la vraie aux produits de " type mélisse " et s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un ersatz.

Culture citadine:
Vous pouvez cultiver de petits plants de mélisse en pot à l'intérieur dans un endroit modérément ensoleillé. Réservez un pot à son usage, car elle pourrait se montrer trop envahissante pour un éventuel voisin. Vous pouvez récolter les feuilles n'importe quand, mais de préférence quand les fleurs sont en boutons. En fin de saison, elle n'a pas une bonne odeur. Les feuilles se mettent à dégager une odeur de punaise qui disparaît quand on fait sécher les feuilles.

Maison:
Placée dans les armoires, la mélisse éloigne les parasites et parfume le linge.
[HAUT DE LA PAGE]





Il serait dommage de réserver la mélisse aux seules tisanes. Les feuilles jeunes et fraîches peuvent parfumer des salades, des omelettes, ou des préparations à base de poisson, de riz ou de fromage blanc.

Les feuilles émincées peuvent être ajoutées en petite quantité à des champignons, des sauces aux fines herbes, des assaisonnements de salades, une mayonnaise, une sauce blanche, une crème de volaille, ou à des farces pour le poisson ou la dinde.

Elles peuvent relever des poissons gras, des harengs, un poulet ou des ragoûts de porc ou de veau ou d'agneau. Les Hollandais l'appellent " herbe à anguille " car associée à l'armoise, ils l'utilisent comme les Belges dans les marinades pour poissons à chair grasse dont elles aident à la digestion.

Elles peuvent aromatiser et apporter une saveur délicate de citron à des entremets, des gelées, des salades de fruits, et certains gâteaux ou tout simplement à un thé de Chine ou des jus de fruits.

Vous pouvez les utiliser pour aromatiser du vinaigre, en association avec d'autres herbes, de l'estragon par exemple.


[HAUT DE LA PAGE]





Les feuilles fraîches peuvent être appliquées sur des piqûres d'insectes et des écorchures.

Infusion:
Les feuilles de mélisse, sédatives, soignent les troubles qui ont une origine nerveuse. Elles sont bonnes contre l'insomnie due à la nervosité, la fatigue, la tension nerveuse, l'anxiété, les palpitations, les maux de tête et pour stimuler les fonctions hépatiques. Elles calment les crampes abdominales, les spasmes intestinaux et digestifs, les colites. Elles sont bien supportées des enfants et des personnes âgées. Elles sont aussi recommandées pour les nausées et vomissements en cas de grossesse, et contre les bourdonnements d'oreille.

Vin de mélisse:
Contre l'asthme, on peut prendre 1 ou 2 cuillères à soupe de vin de mélisse obtenu en faisant macérer 50 g de plante séchée dans un litre de vin blanc.

Beauté:
Une infusion de mélisse qui est antiseptique, antifongique et antivirale, peut être utilisée en lotion pour le visage ou pour le rinçage des cheveux gras.

Huile essentielle:
Elle a une note de coeur, une saveur douce et citronnée. Elle est euphorisante, tonique, régulatrice de la circulation. Elle est prescrite en cas de neurasthénie, insomnie, indigestion, névralgie.

Attention
  • Respectez les doses prescrites. Pure, l'huile essentielle est un peu stupéfiante et même à très faible dose, elle provoque un engourdissement et un ralentissement du pouls.

[HAUT DE LA PAGE]