(Taraxacum officinale; Angl: dandelion; All: löwenzahn; Ital: dente di leone; Esp: diente de leon, armagon)

Le pissenlit est une plante généralement considérée comme une " mauvaise herbe " comme l'ortie, d'autant plus qu'il devient vite envahissant, si vous ne prenez pas la précaution de le confiner dans un coin de jardin isolé. Il est parfois appelé laitue de chien, salade de taupe, mais aussi dent de lion en raison des découpures des feuilles. D'ailleurs en anglais, son nom est dandelion. Dans le Lyonnais on le qualifie de groin d'âne sans doute à cause de la forme arrondie de la base du plant.

Le pissenlit est une plante vivace de la famille des Astéracées (ex-composées), très répandue dans les endroits ensoleillés. On en trouve partout dans les prés, les terrains incultes, les friches, le bord des chemins, les talus, les chaumes et ils poussent jusque dans les interstices entre les pavés ou les fissures des routes asphaltées! Mais il sont également cultivés dans les jardins depuis le 18e siècle et améliorés par étiolement et exploités en grande culture par les professionnels depuis le 19e siècle.

Dans ce cas, on les sème sous tunnel en rangs espacés de 30 cm, et on ne les laisse pas fleurir. Pour les faire blanchir, on couvre les cloches de papier noir, ou bien on pose sur eux des pots de fleurs renversés, de façon à ce qu'ils soient moins amers. On peut aussi faire des paquets de leurs racines qu'on met en caisse à la cave pour obtenir des feuilles blanches comme la chicorée witloof.

Les feuilles vert pâle, largement dentées et en rosette, du pissenlit s'élèvent à partir de la base, elles ressemblent aux dents du lion d'où ce surnom de dent de lion. La hampe florale est creuse et ne porte pas de feuilles. Les fleurs solitaires, les capitules, sont jaune vif et parfois appelées " couronnes de moines " et " fleurions ou florions d'or ".

Arrivées à maturité, après la formation d'un petit fruit sec, elles donnent de petites aigrettes en forme de parachute réunies en boule que petits et grands cueillent pour le plaisir de les voir se disperser au gré du vent au premier souffle. Ce qui afait dire au géographe Elisée Reclus: " Cette fleur qui est un soleil devient une voie lactée, un monde d'astres après floraison". Lorsque toutes les aigrettes ont disparu, essaimées par le vent, il ne reste plus que le réceptacle bombé qu'on appelle " tête de moine. "

La racine pivotante, épaisse, longue et charnue, brun foncé a une chair blanche, riche en latex.

Elle peut atteindre 30 cm de profondeur.

Le-saviez-vous?
  • Auteur de La Vie sexuelle des plantes, Alex Bristow présente le pissenlit comme la parfaite illustration de " l'immaculée conception ", car il est expert dans l'art de donner des graines sans aucun phénomène de fécondation, de reproduction sexuée. C'est la parthogénèse, une des curiosités du monde végétal.

[HAUT DE LA PAGE]





Aucun texte de l'Antiquité ne donne au pissenlit la moindre lettre de noblesse et peut être était-il inconnu.

Sainte Hildergarde de Bingen, qui donne beaucoup de conseils en ce qui concerne la vue recommande de manger du pissenlit. Et," Si l'eau et le sang diminuent dans les yeux d'un être humain, _ écrit-elle _ par suite de l'âge avancé ou de quelque maladie, il doit aller se promener dans des prés de gazon vert, et considérer celui-ci longtemps jusqu'à ce que ses yeux s'humidifient , comme s'ils avaient des larmes, parce que la verdure du gazon élimine ce qui est trouble dans les yeux et rend ceux-ci purs et clairs. " Le nom botanique du pissenlit Taraxacum vient du grec taraxis qui signifie " trouble des yeux".

Bien que le pissenlit ait toujours tenu une grande place dans les " remèdes de bonne femme ", il a fallu attendre le 15e siècle pour qu'il soit à nouveau cité par un médecin ou un botaniste. Bock en 1546 souligne ses vertus diurétiques, et Tabernaemontanus, apothicaire et médecin allemand exerçant à Paris au 16e siècle, y voit un excellent vulnéraire. " Amer comme la bile ", il était utilisé contre les affections urinaires (d'où son nom évocateur), dans les maladies de foie et des reins, en cas d'épilepsie et de crises de démence.

La consommation du pissenlit comme légume ou fourniture à salade ne remonte qu'à la Renaissance chez les gens aisés, auparavant en raison de son amertume il était utilisé surtout comme remède dépuratif et cholagogue. A l'époque, le pissenlit était aussi un produit de beauté, en effet son suc servait à nettoyer et tonifier la peau des femmes, et à atténuer les taches de rousseur. Il existe des tas d'autres recettes de la même époque pour faire disparaître les taches de rousseur ou pour atténuer les brûlures dues aux coups de soleil, car jadis les femmes se devaient d'avoir le teint pâle et de ne pas s'exposer aux rayons du soleil.

Larousse fit dès 1894 son emblème de la "semeuse" s'évertuant à souffler à tout vent sur un capitule de pissenlit, d'après l'oeuvre du graveur Eugène Grasset qui l'avait dessinée en 1890. Son slogan " Je sème à tout vent " pouvait déconcerter les jardiniers qui ne pouvaient manquer de trouver étrange qu'on veuille disséminer cette herbe folle.

Au cours du début du siècle, le pissenlit est devenu un remède à la dernière mode au point qu'on a alors appelé " taraxacothérapie ", toute thérapeutique faisant appel à lui, à partir de son nom botanique taraxacum.
[HAUT DE LA PAGE]





Présages:
Dans notre folklore, souffler sur le pissenlit en graines est un jeu et une forme de consultation sur l'avenir, l'amour, la destinée, aussi répandue que l'effeuillage de la marguerite. Si toutes les aigrettes s'envolent d'un seul coup, c'est que l'on est très aimé. S'il en reste quelques-unes, c'est qu'on l'est un peu moins, et si la plupart résistent au souffle, c'est mal parti.

Les jeunes filles désireuses de savoir dans combien de temps elles se marieront, soufflent sur un capitule et si toutes les aigrettes s'envolent, c'est que le mariage est prochain. S'il en reste, il leur faudra attendre autant d'années qu'il leur faudra s'y reprendre pour les faire disparaître toutes. On peut aussi l'interroger pour toutes sortes de présages, pour savoir combien on aura d'amoureux, si on l'aura un mari, si l'on rencontrera le succès, pour savoir combien on aura d'enfants, ou combien d'années il nous reste à vivre.

Quelle heure est-il ?
On peut aussi le consulter pour savoir l'heure. Il suffit de compter le nombre de fois où il aura fallu souffler pour que toutes les graines aient disparu. Dans certaines régions d'Europe et d'Amérique, on souffle trois fois, puis on compte le nombre d'aigrettes qui restent, et s'il y en a de cassées, elles indiquent les quarts d'heure ou les demi-heures. Les enfants qui jouent dans les champs peuvent s'inquiéter de savoir si leurs parents les réclament, dans ce cas ils soufflent très fort sur un capitule, et si toutes les aigrettes s'envolent d'un coup, c'est qu'il leur faut rentrer sans tarder.

Un jour, mon prince viendra...
Jadis, les jeunes filles curieuses de voir en rêve leur futur mari, plaçaient en cachette une feuille intacte de pissenlit sous leur oreiller avant d'aller se coucher.

Le pissenlit mérite-t-il son nom ?
Toucher ou respirer un pissenlit en fleur ferait faire pipi à un enfant.

Manger les pissenlits par la racine...
Jacques Cellard dans ses Histoires des mots énumère le " groupe de locutions qui évoquent l'enfouissement du corps, l'enterrement ". Et il s'étonne: " La plus connue est ce manger les pissenlits par la racine, dont tout ce comprend bien à l'exception des pissenlits. Pourquoi eux? Ce ne sont pas particulièrement des plantes de cimetière, et on ne leur connaît pas d'autre emploi symbolique qui pourrait nous mettre sur la voie. "
[HAUT DE LA PAGE]





Feuilles:
Les feuilles de pissenlit sont riches en vitamines A, B et C et en sels minéraux, en manganèse en particulier, et on peut les trouver à tout moment de l'année. Vous pouvez les cueillir vous-même au printemps dans un pré non fumé, et à l'écart des grandes voies de circulation. Vous pouvez les faire blanchir pour atténuer leur saveur amère. Nous trouvons sur les marchés des variétés cultivées de pissenlit amélioré, à " coeur plein " dont les feuilles sont moins amères.

Attention!
  • Les feuilles de pissenlit récoltées doivent être lavées à grande eau comme les feuilles de cresson, car elles peuvent avoir été contaminées par des moutons porteurs de la douve du foie.

Racines:
Les racines séchées torréfiées et pilées servaient jadis d'ersatz de café ou chicorée. La racine fournit aussi une teinture rouge magenta utilisée jadis pour la laine.
[HAUT DE LA PAGE]





Europe:
Les jeunes feuilles, soigneusement lavées, peuvent se manger crues, ajoutées à des salades à qui elles donnent un goût poivré et légèrement amer, ou carrément en salade de même que la racine.

On sert généralement la salade de pissenlit avec des petits lardons grillés encore tout chauds. Vous pouvez innover en servant votre salade de pissenlit avec des olives noires de Kalamata, des cubes de feta, et des oignons nouveaux ou de la ciboulette chinoise hachée, assaisonnée d'une vinaigrette adoucie d'une cuillerée à café de sucre.

Hachées, les feuilles de pissenlit peuvent relever des farces, des oeufs brouillés.

On faisait jadis du vin de pissenlit dans nos campagnes avec des fleurs de pissenlit, de l'eau, du sucre, de la levure et de l'orange. Les Anglais, quant à eux, relèvent et colorent du vin avec ses fleurs d'un jaune éclatant.

Amérique du Sud:
Les descendants des Hollandais de Pennsylvanie, très attachés à leur tradition culinaire, préparent des salades de pissenlit, arrosées de vinaigre de cidre chaud, assaisonnées d'un mélange à base d'oeufs et de sucre, avec des petits morceaux de bacon bien croquants.

Afrique du Nord:
Le pissenlit est d'usage courant en Afrique du Nord mais les Algériens en font un emploi inattendu et très original dans un gâteau, le ybba, fait de farine, d'huile d'olive, de pétales de rose et de feuilles de pissenlit.

Asie:
Les Japonais mangent les racines bouillies comme légume.
[HAUT DE LA PAGE]





Médecine populaire:
Une croyance largement ancrée prétend que le suc de pissenlit aide à faire disparaître les verrues. En raison de son nom vernaculaire " dent de lion ", on pensait jadis qu'il favorisait la dentition des enfants. Le pissenlit est dépuratif et diurétique, comme son nom l'indique sans ambiguïté.

Son nom botanique taraxacum viendrait du grec et ferait allusion à ses propriétés pour la vue, mais contrairement à sa réputation, rien n'est venu démontrer son action bénéfique dans les maladies des yeux.

Infusion:
La décoction de feuilles fraîches et de racines, riches en vitamine B et C, a des propriétés cholérétiques, dépuratives, diurétiques et laxatives.

La racine de pissenlit est inscrite à la pharmacopée. C'est un diurétique sûr et sans effets indésirables. Elle augmente la sécrétion de sucs gastriques et réveille les foies paresseux. Elle entre dans la composition de nombreuses tisanes dépuratives. Elle est riche en inuline, proche de celle de la chicorée. Pissenlit, laitue, chicorée appartiennent à la famille des Astéracées et sont chimiquement apparentées, par l'amertume, la riche teneur en inuline des racines qui ont des effets bénéfiques sur les sphères hépatobiliaire et hépatorénale.

Beauté:
Le latex de la racine est émollient et utilisé dans des brumisations pour le visage, des laits nettoyants et des crèmes hydratantes pour tous types de peau. D'autre part, manger des feuilles aide à faire disparaître les boutons.
[HAUT DE LA PAGE]