Sauce Worchestershire

Au milieu du siècle dernier, un très haut fonctionnaire, gouverneur du Bengale pour le gouvernement de Sa Majesté britannique, Sir Marcus Sandy, rentra au pays et s'installa dans le comté (shire en anglais) de Worcester. Il avait attrapé le virus de la nourriture épicée et avait ramené une sauce indienne, un mélange secret d'épices et d'assaisonnements très abondamment utilisé là-bas.

Si Marcus fit venir deux pharmaciens dans son domaine, John Lea et William Perrin pour qu'ils lui fabriquent des bouteilles de cette sauce pour lui-même et pour pouvoir offrir en cadeau à ses amis et relations. Après quelques tâtonnements, ils mirent au point un produit à base de sauce de soja, d'essence d'anchois, d'orge malté, de tamarin, de girofle, de piment fort, de teinture d'ail et d'échalote, de sucre et d'extraits de viande... Même si ce n'était pas la recette originale, le résultat répondit aux attentes de Sir Marcus Sandy et apaisa sa nostalgie pour les assaisonnements épicés. Le produit eut tant de succès auprès des amis que Lea et Perrin demandèrent à Sir Marcus la permission de le fabriquer industriellement, ce qu'il leur accorda. Dès qu'ils eurent le feu vert, ils se mirent au travail et le mirent en vente sous le nom de Worcester sauce et le lancèrent au USA sous l'appellation de Worcestershire sauce et elle y rencontra rapidement un grand succès.

On utilise la Worcester dans des cocktails, dans des courts-bouillons, de la vinaigrette, pour corser une sauce à la diable, un boeuf strogonoff, un goulasch... et bien sûr le steak tartare.